OK En poursuivant votre navigation vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus
netbusinessrating logo netbusinessrating logo
netbusinessrating
Créer un compte Connexion
Accueil Gagner de l'argent Services & logiciels E-commerce Traduire en EN
Accueil Gagner de l'argent Crypto-monnaies Actualités ICO : faut-il investir ma...
Actu

ICO : faut-il investir malgré les avertissements des offices de régulation ?

Comparatif
Explore
vous aide à
gagner de l'argent
en ligne
netbusinessrating.com

Nous assistons actuellement à un boom des ICO : les fonds levés sont de plus en plus élevés chaque mois et depuis juin 2017 ils dépassent l'argent investi par les investisseurs conventionnels (business angels) dans les entreprises du numérique.

 

Toutes les ICO sont-elles des arnaques ?

Non, potentiellement chacune d'elles peut représenter un business sérieux. Chaque promoteur d'une Initial Coin Offering doit rédiger ce qu'on appelle un white paper : un livre blanc détaillant la future activité de l'entreprise qu'il souhaite créer.

La lecture de ce white paper est donc la principale base de travail à disposition des internautes pour décider si ce business est prometteur ou non. En fin d'article nous verrons les 6 points à vérifier avant d'investir dans une ICO.

Au contraire des levées de fonds classiques, très régulées, une ICO peut donc se créer très rapidement : rédaction d'un white paper et création d'un site web associé pour le présenter et gérer les achats de tokens (la contre-partie de l'investissement en bitcoin, ethereum ou plus rarement dans d'autres crypto-monnaies).

Comme vous pouvez l'imaginer, un business que l'on peut créer rapidement et sans investissement tente de nombreux escrocs qui créent ou commandent un white paper uniquement destiné à convaincre les investisseurs, pris ici pour des pigeons car derrière, les fonds accumulés partiront uniquement dans la poche du créateur de l'ICO. Ce dernier, en bon escroc, ne créant rien de ce qu'il avait promis dans son livre blanc.

Comme les ICO sont en plein boom, il y a de tout : beaucoup d'arnaques avec des escrocs qui disaraissent une fois l'ICO terminée mais aussi, il faut l'espérer, de potentielles pépites. Dans tous les cas, méfiance est mère de sûreté. C'est pourquoi plusieurs grandes administrations préviennent les investisseurs potentiels du risque que représente cette nouvelle forme d'investissement.

 

La SEC (USA) et la FCA (Royaume-Uni) mettent en garde 

sec logoLa commission de sécurité et d'échange des Etats-Unis a émis un avertissement le 28 août 2017 :

Investor Alert: Public Companies Making ICO-Related Claims

Le Bureau de l'éducation et de la sensibilisation des investisseurs de la SEC invite les investisseurs à se méfier des arnaques potentielles relatives aux ICO en expliquant que les fraudeurs tentent souvent d'utiliser l'attrait des technologies nouvelles et émergentes pour convaincre les victimes potentielles d'investir leur argent dans des escroqueries. Ces fraudes comprennent des «pompes à vide» et des «manipulations de marché» qui se font passer pour de futures entreprises se réclamant appartenir à la vague des nouvelles technologies alors qu'elles ne cachent que du vent.

On peut difficilement faire plus clair. Et pourtant, la FCA y parvient comme le relate le Business Insider UK :

 

watchdog loose ico

 

Même la Chine s'y met

Rarement portée vers la prévention des arnaques en ligne l'oragnisme de régulation financière de l'Empire du milieu s'est elle aussi saisie de l'affaire en déclamant que tout investissement dans une ICO sera scruté. Ce qui revient presque à interdire toute participation dans une ICO pour un résident chinois, tant le pouvoir est fort en Chine :

"Les membres de la China Internet Finance Association devraient prendre l'initiative de renforcer l'autodiscipline, de résister aux comportements financiers illégaux."

https://www.cryptocoinsnews.com/chinese-regulators-issue-ico-warning/

https://www.coindesk.com/chinas-internet-finance-association-issues-ico-warning/

 

D'autres organismes de régulation leur emboitent le pas

Dubai, Gibraltar, Corée du Sud : trois pays petits par la taille mais grands par leur pouvoir économique évoquent eux aussi, toujours par le truchement (pour reprendre le verbiage jupiterien) de leur organisme de régulation financière :

 

ICO office man balance
Depuis leur boom, les ICO sont dans le collimateur de tous les offices de régulations de la finance.

 

En France : que dis l'AMF ? 

Selon le président de l'AMF Robert Orphèle une régulation est en préparation, comme il l'explique à Adrien Schwyter le 10 octobre 2017 dans le Journal du Coin

Nous voulons avoir rapidement une position sur le sujet, agir sans attendre que l’Europe ne traite le sujet, car ce sera trop tard en termes de protection des investisseurs.

L'Etat cherche des solutions pour réguler la transmission de titres financiers via la blockchain : une consultation publique sur le sujet a été lancée et accueillie très favorablement par les acteurs du secteur. Sa synthèse conclue :

qu'une majorité de répondants appellent à un cadre juridique proportionné dans lequel l’intervention du législateur se limiterait à assurer la neutralité technologique des exigences de fond pesant sur les acteurs existants.

En résumé un brainstorming collectif est en cours. Selon Simon Polrot (ancien avocat fiscaliste au barreau de Paris et fin connaisseur des cryptomonnaies) : le laboratoire d’idées public France stratégie auquel il participe prépare un rapport à Edouard Philippe sur ce sujet, il espère en conséquence qu'une réglementation adaptée sortira en 2018.

 

 

Même pas peur ? Voici 6 points à contrôler avant d'investir

Sébastien Bourguignon de Siècle Digital résume parfaitement le flou actuel autour des ICO et après avoir abordé comme dans cet article le point de vue des régulateurs dans le monde il détaille les points à contrôler avant d'investir. Si malgré tous les avertissements sus-cités il vous reste une once d'envie de mettre quelques unes de vos économies dans une ICO.

Voici ces conseils aux investisseurs (chaque point étant bien détaillé dans son article que je vous invite à lire à tête reposée) :

  1. Lire le White Paper.
  2. Bien comprendre le Smart Contract (concrétisation technique du White Paper) s'il y en a un qui défini la façon précise que l'ICO aura choisi pourrecevoir des fonds et les échanger contre des tokens.
  3. Controler si la startup possède déjà des résultats avant la levée de fonds. Si c'est le cas c'est un point extrêmement rassurant.
  4. Évaluer l’équipe porteuse du projet. Renseignez-vous sur la fiaibilité des personnes et leur historique.
  5. Cerner la crédibilité des conseillers technique et juridique recrutés par l'entreprise. Surtout si la start-up ne possède pas de passif.
  6. Consulter les communautés d’investisseurs potentiels liées au projet sur Slack, Telegram ou ailleurs. Être attentif aux signaux faibles vous donnera des informations pertinentes avant d'investir.

 Bref, il faut être extrêmement vigilant : 

si vous ne trouvez rien à propos du CEO, ou à propos des advisors proposés, c’est qu’il y a anguille sous roche.

 

Pour en savoir plus sur la régulation des ICO :

 

Auteur
avatar of adminNBR
Entrepreneur et fondateur de netbusinessrating
Google +LinkedIn
Derniers commentaires
lucky31 | modo
28/10/2017 à 15h57
Bon article :)
sahil1301 | modo
05/11/2017 à 14h14
Superb Article :)
Vous devez être membre de NBR pour être capable de poster ici. L'inscription est rapide et gratuite.
Connexion
Créer un compte

J'accepte la Charte de netbusinessrating